L'oeuvre du mois

Guiseppe Barnaba SOLIERI (1710-1796), Le Festin de Balthazar

Guiseppe Barnaba Solieri, Le Festin de Balthazar, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Guiseppe Barnaba Solieri, Le Festin de Balthazar, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.

La récente restauration de cette esquisse pour le rideau de scène commandée en 1763 par le prince d'Este pour la Delizia di Bellaria di Mugnano, un théâtre vénitien détruit en 1796, a singulièrement renouvelé l'intérêt de cette œuvre. La photographie par infrarouge a révélé l'existence d'un dessin sous-jacent réalisé avec un matériau fluide.

Une architecture ample, constituée d'un portique à arcades, d'une tribune et d'une surélévation des façades courbes avait été tracée par le peintre avant qu'elle ne soit recouverte d'un ciel offrant une percée, que le commanditaire ou le peintre préférèrent adopter pour soutenir l'intrigue. Soudain devenu un extérieur, le cadre architectural montre l'intérêt des Vénitiens pour les élévations et les développements en hémicycle idéalisés.

Comme décrit dans la Bible au Livre de Daniel, le roi Balthazar et ses invités festoyent dans le palais de Babylone, parmi les vases qu'il a fait piller dans le Temple de Jérusalem. Dans le ciel, la main de Dieu désigne l'inscription en caractère hébraïque tracée sur l'entablement surmontant une colonne et qu'un chandelier éclaire : « Mane » (compté), « Thékel » (pesé), « Pharès » (divisé), ce qui signifie que les jours du roi sont comptés, que son âme pesée est trouvée légère, si bien que son royaume sera divisé. Le prophète Daniel, au premier plan, l'interprète à la demande du roi, tandis que la stupéfaction gagne l'assistance.

La discrète mise au carreau qui apparaît sur le fond bleu préfigure l'agrandissement, entre 1763 et 1765, d'une composition animée, soutenue par une facture graphique et une gamme restreinte de couleurs.

 

Cette œuvre est actuellement prêtée avec la toile de Maurice Denis, Le Christ apparaissant aux apôtres, au musée des Augustins de Toulouse, à l’occasion de l’exposition Fenêtres sur cours, du 10 décembre au 17 avril 2017.

Plus d’informations sur les prêts en cours.