La vie des collections

Acquisitions, restauration et prêts font bouger la collection...

La collection s’accroît régulièrement grâce à des achats, le plus souvent réalisés avec l’aide de l’État ou de la Région. Le musée bénéficie aussi de dons et de legs, permettant d'enrichir son fonds.

La restauration des œuvres tient une part importante dans la conservation des collections. Principalement centrée sur les peintures, elle touche également les arts graphiques et les objets ethnographiques.

Enfin les œuvres du musée sont fréquemment prêtées pour figurer dans des expositions en France et à l’étranger, contribuant ainsi à mieux faire connaître la collection à travers le monde.


Nouvelles acquisitions :  cinq toiles François Dilasser entrent dans les collections du musée

Déjà riche de deux peintures provenant d’un précédent don de l’artiste, la collection du musée s'est dotée de cinq nouvelles œuvres du peintre François Dilasser, grâce à la générosité de la famille de l’artiste. Cette acquisition complète judicieusement le fonds existant, puisque les œuvres se rattachent exclusivement aux deux premières peintures : Bateau-feu et L’Écriture des vagues. L’œuvre graphique de François Dilasser est par ailleurs largement représentée à travers la collection de l’artothèque, qui propose au prêt pas moins de vingt sérigraphies, constituant une part significative de sa production de multiples.

 

Ces œuvres se situent dans le droit fil du travail de l’artiste qu’il est difficile d’inscrire dans un courant précis de l’art contemporain, tant sa singularité est revendiquée. Ses parentés avec les mouvements liées au graphisme et à l’écriture sont néanmoins éclatantes. La surface picturale est en effet entièrement recouverte de signes, de formes qui se répètent avec des variantes légères et s’insèrent dans un maillage qui constituera une des caractéristiques de son art. 

 

Œuvres actuellement prêtées

En raison des procédures de transport, les œuvres faisant partie de l'accrochage permanent ne sont plus visibles dans les salles environ un mois avant et après les dates indiquées ci-dessous.

La matrice pour la gravure La Rogue a rejoint les cimaises du Musée Mathurin Méheut à Lamballe pour figurer dans l’exposition, Mathurin Méheut. Impressions gravées, jusqu’au 30 décembre 2017.

Le Guggenheim Museum de New York propose, du 30 juin au 4 octobre 2017, une exposition consacrée au Salon Rose + Croix, dans laquelle est exposée la Jeune Sainte d’Henri Martin.

Dans le cadre de l’exposition itinérante Marie-Madeleine, la Passion révélée, le Musée des beaux-arts de Carcassonne et le Musée de la Chartreuse de Douai empruntent au musée Le Christ en croix d’Émile Bernard jusqu’au 24 septembre 2017.

Le Davis Museum de Wellesley (États-Unis) propose, du 10 février au 9 juillet 2017, une rétrospective consacrée au peintre florentin Carlo Dolci (1616-1687), dans laquelle est exposée le Saint Philippe Benizzi du musée des beaux-arts de Brest.

Vous pourrez admirer la grande toile de Carle Van Loo, L'Adoration des anges et son esquisse préparatoire en grisaille au Petit Palais à Paris, dans l'exposition Le Baroque des Lumières. Chefs-d'œuvre des églises parisiennes au XVIIIe siècle

du 21 mars au 16 juillet 2017.

À l’occasion de l’exposition Daubigny : aux sources de l’impressionnisme, le Musée Daubigny, à Auvers-sur-Oise, présente, du 25 mars au 3 septembre Les vanneuses à Kérity de Karl Pierre Daubigny.

Dans le cadre du centenaire du phare de Kéréon, le musée des Phares et Balises d’Ouessant expose une gravure de Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, jusqu’en décembre 2017.

Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, 1947, eau-forte, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, 1947, eau-forte, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.