2015 / 2014 / 2013 / 2012 / 2011 / 2010 / 2009

 

Expositions en 2009

Victor Brauner. Un monde magique
8 juillet au 31 octobre 2009


Proche de Giacometti, Brancusi et Tanguy, Brauner (Piatra Neamtz en Roumanie, 1903 – Paris, 1966) est considéré comme le peintre magique par excellence par André Breton.


Il rompt avec le Surréalisme en 1948 et continue d’explorer un monde chimérique, insolite et obsessionnel, empruntant au spiritisme comme à l’art primitif pour traduire des archétypes universels. Avec des prêts de grands musées français et des collectionneurs, l’exposition offre, à travers plus de quatre-vingts toiles et dessins, un large panorama de son œuvre. Elle nous incite à regarder du côté du surréalisme, mouvement présent dans les collections du musée grâce aux œuvres d’Yves Tanguy et de Jean-Claude Silbermann et qui a fait de la Bretagne une terre d’élection.

 

Claude Viallat : voiles et toiles

du 4 avril au 15 juin 2009


Présentée à Brest, au musée des beaux-arts et au centre d’art Passerelle, l’exposition Claude Viallat : voiles et toiles propose, à travers une sélection de peintures de 1984 à aujourd’hui, la mise en espace par l’artiste d’« une géométrie personnelle et intime » de ses œuvres.

 

Né en 1936 à Nîmes, où il vit et travaille, Claude Viallat – l’un des fondateurs du groupe « Supports-Surfaces » – compte parmi les figures majeures de la peinture contemporaine.

Saint-Pol-Roux, « Bretagne est univers »

du 16 décembre 2008-15 mars 2009


L’exposition souligne l’originalité de l’itinéraire de Saint-Pol-Roux dans son époque et rend compte de l’importance de son œuvre polymorphe, initiée par Stéphane Mallarmé, Charles Baudelaire et les poètes symbolistes.

 

Suivant le parcours biographique du poète, elle rend compte de son engagement poétique, de sa rencontre avec les avant-gardes et le surréalisme ainsi que de son admiration pour Gauguin, Puvis de Chavannes ou Seurat. Elle évoque aussi ses liens avec des artistes vivants ou rencontrés en Bretagne. Encore relativement méconnue, son œuvre fut saluée en son temps par André Breton, Paul Eluard et les surréalistes.