La vie des collections

Acquisitions, restauration et prêts font bouger la collection...

La collection s’accroît régulièrement grâce à des achats, le plus souvent réalisés avec l’aide de l’État ou de la Région. Le musée bénéficie aussi de dons et de legs, permettant d'enrichir son fonds.

La restauration des œuvres tient une part importante dans la conservation des collections. Principalement centrée sur les peintures, elle touche également les arts graphiques et les objets ethnographiques.

Enfin les œuvres du musée sont fréquemment prêtées pour figurer dans des expositions en France et à l’étranger, contribuant ainsi à mieux faire connaître la collection à travers le monde.


Nouvelles acquisitions :  cinq toiles François Dilasser entrent dans les collections du musée

Déjà riche de deux peintures provenant d’un précédent don de l’artiste, la collection du musée s'est dotée de cinq nouvelles œuvres du peintre François Dilasser, grâce à la générosité de la famille de l’artiste. Cette acquisition complète judicieusement le fonds existant, puisque les œuvres se rattachent exclusivement aux deux premières peintures : Bateau-feu et L’Écriture des vagues. L’œuvre graphique de François Dilasser est par ailleurs largement représentée à travers la collection de l’artothèque, qui propose au prêt pas moins de vingt sérigraphies, constituant une part significative de sa production de multiples.

 

Ces œuvres se situent dans le droit fil du travail de l’artiste qu’il est difficile d’inscrire dans un courant précis de l’art contemporain, tant sa singularité est revendiquée. Ses parentés avec les mouvements liées au graphisme et à l’écriture sont néanmoins éclatantes. La surface picturale est en effet entièrement recouverte de signes, de formes qui se répètent avec des variantes légères et s’insèrent dans un maillage qui constituera une des caractéristiques de son art. 

 

Œuvres actuellement prêtées

En raison des procédures de transport, les œuvres faisant partie de l'accrochage permanent ne sont plus visibles dans les salles environ un mois avant et après les dates indiquées ci-dessous.

Dans le cadre du centenaire du phare de Kéréon, le musée des Phares et Balises d’Ouessant expose une gravure de Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, jusqu’en décembre 2017.

Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, 1947, eau-forte, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Jean Frélaut, Ouessant vue de Molène, 1947, eau-forte, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.

La gouache de Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le port de Brest (vue prise de la mâture) ainsi que le Portrait de Benjamin Franklin d'après Duplessis ont rejoint le musée national de la Marine, à Brest. Elles sont présentées à l'occasion de l'exposition Brest, port de la liberté, jusqu'au 30 avril 2017.

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le port de Brest (vue prise de la mâture), 1776, gouache sur vélin, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le port de Brest (vue prise de la mâture), 1776, gouache sur vélin, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
  • Deux œuvres du musée des beaux-arts de Brest se sont envolées pour le Japon dans le cadre de l'exposition itinérante The Last Impressionists- The time of Intimacy du 5 septembre 2015 au 11 décembre 2016. Il s'agit d'une peinture de Charles Cottet, Bord de mer et d'une huile sur toile de René Ménard, Deux naïades dans un parc.
René Ménard, Deux naïades dans un parc, 1895, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest.
René Ménard, Deux naïades dans un parc, 1895, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest.
Charles Cottet, Bord de mer, sans date, huile sur carte, collection musée des beaux-arts de Brest.
Charles Cottet, Bord de mer, sans date, huile sur carte, collection musée des beaux-arts de Brest.

Vous pourrez admirer la toile d’Yves Tanguy, Quand on me fusillera, au musée Cantini à Marseille, dans une exposition consacrée au thème du rêve,

du 17 septembre 2016 au 22 janvier 2017.

Yves Tanguy, Quand on me fusillera, 1927, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Yves Tanguy, Quand on me fusillera, 1927, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.

À l’occasion de son exposition Le charme de la simplicité, qui met en lumière l’influence de Gauguin et des Nabis sur les artistes italiens, le Palazzo Rovella à Rovigo en Italie emprunte au musée Vorhor, vague grise de Georges Lacombe et Bord de mer en Bretagne, Saint-Briac, d’Émile Bernard, du 17 septembre 2016 au 14 janvier 2017.

Sainte Geneviève devant Paris d’Edmond Aman-Jean sera présentée au musée municipal de Kobé, au Japon, à l’occasion de l’exposition Nouveau regard sur la collection Matsukata : sur les traces du rêve de Kôjirô Matsukata,

du 17 septembre au 27 novembre 2016.

Edmond Aman-Jean, Sainte Geneviève devant Paris, 1885, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.
Edmond Aman-Jean, Sainte Geneviève devant Paris, 1885, huile sur toile, collection musée des beaux-arts de Brest métropole.