Expositions en 2010

Robert Doisneau ,un regard oblique, 1947, photographie
Robert Doisneau, un regard oblique, 1947, photographie

La photographie humaniste dans la collection de l’artothèque.

Du 24 septembre 2010 au 3 janvier 2011

 

Composée autour d’une vingtaine d’œuvres extraites du fonds photographique de l’artothèque, l’exposition propose de partager le point de vue du photographe humaniste.

 

A la croisée de la photographie documentaire et artistique engagé, la photographie humaniste explore sous l’œil du « réalisme poétique », les scènes urbaines et paysannes de la vie quotidienne de l’après-guerre. Plaçant l’humain au centre de ses préoccupations, elle constitue un précieux témoignage sur la reconstruction et la modernisation de la France au temps des Trente Glorieuses.

Si les photographes Edouard Boubat et Robert Doisneau constituent en France les précurseurs du courant humaniste, les artistes Claude Carret, Michel Coquil, Georges Dussaud et Georges Tourdjman en sont les héritiers. Partant d’univers différents -entre scènes de paysannerie bretonne et fragments intimistes de vies d’artistes- ils poursuivent au cours des années 80, la recherche d’une même esthétique du quotidien.

 

Avec les œuvres d’Edouard Boubat, Claude Carret, Michel Coquil, Robert Doisneau, Georges Dussaud et Georges Tourdjman.

 

Norbert Nussle, Un été d'hôpital, 1998, tiré à part rehaussé par l'artiste avec peinture et collages
Norbert Nussle, Un été d'hôpital, 1998, tiré à part rehaussé par l'artiste avec peinture et collages

Vibrations urbaines

Du 31 mai au 20 septembre 2010

 

Une invitation à une déambulation dans la ville avec Isabelle Arthuis, Norbert Nussle, Max Pam et Jacques Villeglé. Il s’agit d’une sélection d’œuvres qui ont en commun de nous proposer un regard différent sur l’espace urbain.

Hervé Di Rosa , Le destructeur, 1986, sérigraphie
Hervé Di Rosa, Le destructeur, 1986, sérigraphie

MARGES

Du 28 février au 28 mai 2010

 

En lien avec l’exposition Coquillages et Crustacés du musée des beaux-arts, il s’agit d’une sélection d’œuvres qui empruntent ses références à l’art modeste, l’art brut ou à la culture populaire. Avec des œuvres de Jean-Yves Brelivet, Corneille, Hervé Di Rosa, Bruno Heitz, Philippe Mayaux, Bernard Rancillac.