Les expositions présentées dans la galerie de l’artothèque

Stéphanie Nava, Projet Bel Vedere, 2013, ensemble de sept affiches numérotées et signées, impressions numériques, collection artothèque du musée des beaux-arts de Brest métropole.
Stéphanie Nava, Projet Bel Vedere, 2013, ensemble de sept affiches numérotées et signées, impressions numériques, collection artothèque du musée des beaux-arts de Brest métropole.

Prêtes à emporter !

Les nouvelles acquisitions de l’artothèque

 

Exposition présentée dans la galerie de l’artothèque du 26 avril au 5 juin 2016

 

L’artothèque du musée de Brest conserve aujourd’hui plus de 1000 œuvres, estampes, dessins, vidéos, œuvres en volume et photographies de 400 artistes différents. Riche et variée, la collection témoigne des différents courants artistiques de ces cinquante dernières années en cherchant à créer un équilibre entre les artistes travaillant en Bretagne, les artistes français et internationaux. Le fonds permet de tisser des liens entre de grandes figures de l’art contemporain et des artistes émergents.

Composée de personnalités choisies pour leur expertise dans le domaine de l’art contemporain, la commission d’acquisition se réunit une fois par an pour proposer et discuter des orientations des acquisitions et de l’entrée de nouvelles œuvres dans la collection. La sélection est une décision collégiale. En 2015, 31 œuvres d’artistes sont venues enrichir la collection. Ces acquisitions qui témoignent de la diversité de la création contemporaine, confirment l’éclectisme du fonds. Une fois par an, l’artothèque propose dans sa galerie un accrochage de ses nouvelles acquisitions. Vous pourrez notamment y découvrir des œuvres de Stéphanie Nava et d’Éva Taulois qui seront disponibles au prêt dès la fin de l’exposition.

A venir

© Clet Abraham
© Clet Abraham

Clet, à la rue

 

Accrochage présenté dans la galerie de l’artothèque du 7 juin au 31 août 2016

 

Comme il l’a démontré lors d’une intervention dans les rues de Brest en août 2015, Clet Abraham fait de la rue son territoire de travail artistique. Mais, alors que la plupart des artistes du street-art parsèment les murs, les trottoirs et les palissades de formes qui leur sont propres, Clet Abraham prend appui sur les pictogrammes des panneaux de signalisation routière pour faire apparaître parmi eux des scènes animées de personnages ou de signes. Il en détourne non le sens mais la forme.

Ainsi, appliquant à des icônes autoritaires les principes graphiques de la satire, il attire notre attention sur nos automatismes face aux codes routiers, mais aussi sur notre faculté à en accepter une lecture sensible et humoristique.

La rencontre à Brest avec Clet Abraham qui intervient aussi à Florence, à Paris, et dans d’autres villes du monde, s’appuiera sur la présentation au musée des panneaux détournés, sur des interventions dans les rues, ainsi que sur des rencontres avec le public.