L'oeuvre du mois

Jacques SABLET, Élégie romaine

Jacques SABLET, Élégie romaine, 1791, huile sur toile
Jacques SABLET, Élégie romaine, 1791, huile sur toile

À Rome, dans le cimetière protestant établi près de la pyramide de Caïus Cestius, deux hommes vêtus de noir – peut-être un père et son fils – se recueillent sur une stèle de style néoclassique non identifiée. À l’arrière-plan, deux bergers gardent leur troupeau en train de paître au milieu des tombes et des ruines antiques. Sablet est l’initiateur en France d’un genre déjà en vogue en Grande-Bretagne : le portrait de conversation, qui réunit plusieurs membres d’une famille devant un paysage. Ici, le portrait s’inscrit dans la pratique qui consistait, pour l’aristocratie européenne, à rapporter des souvenirs du « Grand Tour ». Si la toile est parfois rattachée à la symbolique maçonnique, à laquelle font référence la pyramide, l’acacia ou encore l’orage, il s’en dégage avant tout un fort sentiment de mélancolie.

 

Peintre suisse formé à Paris auprès de Joseph-Marie Vien, Jacques Sablet rejoint son maître à Rome en 1775, où il demeure jusqu’en 1794. De retour en France, il conquiert les faveurs d’une clientèle cosmopolite, dont il réalise de nombreux portraits.

 

Du 22 septembre au 13 novembre 2016, cette oeuvre sera prêtée à la Casa di Goethe à Rome, pour figurer dans l’exposition Au pied de la pyramide : le tricentaire du cimetière des Protestants à Rome.

En raison des procédures de transport, l'oeuvre ne sera plus visible dans les salles environ un mois avant et après les dates indiquées ci-dessous.