L'oeuvre du mois

Marco Ricci (1676-1729), Paysage nocturne, huile sur toile

À la différence de certains de ses contemporains, Marco Ricci ne cherche pas à insérer des sujets religieux ou mythologiques dans ses paysages, qui sont d'authentiques vues pastorales, idéales et intemporelles, agrémentées de ruines.

Cette composition, qui daterait du tout début du XVIIIe siècle, offre une matière chromatique dense et riche de dégradés permettant des effets de transparence lumineuse.

Bien que discrètes, les ruines de ce paysage ont une valeur philosophique. Elles rappellent le prestige de l'Antiquité, mais dans la version présente, leurs accents fantastiques les rattachent plus certainement à la fragilité et à la vanité des constructions de l'homme.

Apportant une note pittoresque, les pêcheurs sont réduits à de frêles silhouettes traitées par de petites touches, que des rouges rehaussent au sein d'un ensemble de bleus. Du premier plan à l'horizon, contre-jours et effets de lointain se succèdent.

Marco Ricci, par ses talents de paysagiste inspira le musicien Antonio Vivaldi lorsqu'il composa ses Quatre Saisons.

Après avoir été restaurée à Versailles dans les ateliers du Centre de Recherche et de Restauration des musées de France, l'oeuvre est présentée dans l'exposition Les maîtres italiens du musée de Brest.